Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JUSTINTERESTING

Cinema, Théâtre, Spectacles mais aussi vie quotidienne.... à partir du moment où c'est ..."Justinteresting".

SIX MOIS, SIX JOURS - Karine Tuil - Grasset

KARINE TUIL COUVERTURE LIVRE AVEC PHOTO

Ce roman est l’histoire d’une milliardaire allemande ayant eu une éducation très stricte, un mariage très sage et une vie surprotégée et prudente jusqu’au jour où… elle rencontre un homme et baisse sa garde. En « six mois, six jours », emportée par une passion et un sentiment amoureux tout nouveau pour elle, la milliardaire prend tous les risques jusqu’à subir le chantage de celui que la presse prendra pour un gigolo. Mais, il ne faut pas se fier aux apparences et l’histoire est bien plus complexe et plus intéressante que ce que l’on peut imaginer….

Dès les premières pages du livre, vous êtes DANS le roman. Karl Fritz, le narrateur, vous parle directement. Vous vivez l’histoire de l’intérieur puisque le lecteur est interpelé comme s’il était à la place de la journaliste venue recueillir le récit pour en faire un livre. Le ton est fort, autoritaire et vous n’avez qu’une envie, c’est que ce Karl Fritz veuille bien vous raconter l’histoire dans ses moindres détails et jusqu’au bout…

-------------

Karine Tuil est née à Paris en 1972 et « Six mois, Six jours » est son neuvième roman. Interrogée par Justinteresting, elle explique comment un fait divers a fait germer en elle l’histoire racontée dans le livre :

 

Justinteresting : Comment avez-vous découvert le personnage du narrateur? A-t-il réellement existé ?  Quelle est la part de vérité dans le livre que vous avez écrit ?

KarineTuil : Karl Fritz est le fruit de mon imagination. Je souhaitais raconter l'histoire de cette famille en choisissant le point de vue d'un proche, d'un témoin neutre, l'homme de confiance du père puis de la fille, un homme qui serait le dépositaire des secrets, et qui, rongé par l'amertume après son licenciement - son exécution sociale -, déciderait de se venger en dévoilant tout à une jeune romancière désignée pour rédiger ses mémoires. Si le narrateur est bien un personnage de fiction, l'histoire est inspirée de faits réels. Il y a environ 3 ans, j'avais lu un titre dans la presse : "la milliardaire et le gigolo, cela m'avait fait penser à une comédie américaine à la Billy Wilder... j’en avais lu le contenu et j'avais découvert une histoire d'escroquerie et de passion amoureuse : un gigolo avait fait tomber la femme la plus riche d'Allemagne. Il l'avait séduite, puis escroquée. La chute de cette femme puissante m'avait touchée ; pour la première fois de sa vie, elle avait relâché la bride et avait été trahie... Par hasard, à peu près à la même époque, j'ai vu un documentaire qui dévoilait le passé nazi de la famille de l'héritière et qui montrait comment le père et le grand-père avaient collaboré avec Hitler et s'étaient enrichis pendant la guerre en ayant recours au travail forcé. J'ai commencé un travail de recherche puis peu à peu, j'ai intégré ces éléments à mon univers romanesque, j'ai cherché à m'éloigner du fait divers en changeant les noms, en modifiant certains faits (sauf les faits historiques). Plus j'avançais et plus je découvrais des éléments incroyables...

 

J : Ce qui interpelle dans ce livre, en plus de l’histoire, c’est le ton employé pour l’écriture. On a l’impression d’être dans la chambre, en face du narrateur, et d’être la journaliste chargée de recueillir sa version des faits. Comme avez-vous eu cette idée ?

Karine Tuil : Je souhaitais que l'écriture dégage une certaine violence. Dans ce roman, les personnages sont presque tous enfermés dans le carcan des conventions sociales, tous issus de la grande bourgeoisie protestante, très attachée aux valeurs morales. Il fallait exprimer ce moment, ce point de rupture à partir duquel chacun fait exploser sa vie bien rangée. Et, dans le cas du narrateur, je voulais créer un trouble : est-il lucide ou fou ? A qui s'adresse-t-il vraiment ? En littérature, comme dans la vie, j'aime l'ambiguïté, la complexité. 


J : Comment ce livre est-il sorti de vous ? Qu’avez-vous envie d’en dire personnellement ?

Karine Tuil : Dans cette histoire, j'ai retrouvé tous les thèmes qui avaient nourri mon imaginaire : la duplicité, la complexité identitaire, la trahison, les rapports de domination. L'écriture de ce livre fut pour moi une expérience littéraire et humaine très forte...

 

Justinteresting a beaucoup aimé ce livre. Il est fort, intense et ne peut laisser indifférent.

 

 

--------------

 

Contact mail  du blog :
chantalsutton@justinresting.com 

Pour recevoir régulièrement les articles de Justinteresting, il suffit de taper votre email dans «abonnez-vous" et de valider votre inscription en confirmant dès réception du mail d’inscription.
To subscribe to this blog, just write your email in « abonnez-vous » and valid your inscription when you’ll get the mail for acceptation

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

pour m'écrire chantalsutton@justinteresting.com
Voir le profil de justinteresting sur le portail Overblog