Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JUSTINTERESTING

Cinema, Théâtre, Spectacles mais aussi vie quotidienne.... à partir du moment où c'est ..."Justinteresting".

LA SOURCE DES FEMMES – RADU MIHAILEANU – LEILA BEKHTI

images[2]
Quand Michel Denisot avait interviewé les « femmes » de ce film à Cannes au printemps dernier, j’avais bien senti que ce serait un «événement » cinématographique ; et j’en ai eu la confirmation lorsque je l’ai vu la semaine dernière en projection presse. C’est sans conteste un film à voir sans modération.
 
 
 
Synopsis : L’histoire se passe de nos jours dans un petit village, quelque part entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Depuis la nuit des temps, les femmes vont chercher l’eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb.Leila, jeune mariée venue d’un autre village, propose aux femmes de faire la grève de l’amour : ni câlins, ni sexe tant que les hommes n’apporteront pas l’eau au village…..
 
 
 
raduComment Radu Milhailenu, Juif roumain, a-t-il pu réussir l’exploit de ce film si loin de ses racines et de sa culture ? Il explique que tout a débuté par la lecture d’un fait divers qui s’est déroulé en Turquie en 2001. Du coup, il a relu Aristophane qui raconte dans l’une de ses œuvres une histoire similaire dans la Grèce antique: « La source des femmes » prend la forme d’un conte oriental contemporain, non situé dans un lieu spécifique bien que les acteurs s’expriment  en « Darija » (dialecte marocain) ». C’est volontairement que le réalisateur n’a pas situé le film dans un pays particulier de la même manière qu’il n’a pas non plus défini une période particulière dans le temps. Radu ajoute «  Ce film est un film «POUR». Pour la beauté de la femme et pour la beauté de l’amour – mais d’un amour qui puisse s’affirmer librement, sous peine de mettre le couple en danger ». Un autre thème a toute son importance dans l’histoire : la quête de l’eau, cet or bleu qui à notre époque  et dans ces contrées qui en manquent tant, est un enjeu de grande importance. Et Radu en tant que citoyen du monde s’en inquiète et attire notre attention sur ce sujet planétaire.
 
 
 
Le tournage a été long et les conditions climatiques difficiles. Les actrices du film le disent toutes. Il a fallu apprendre le dialecte, les danses, les chants, les gestes d’un autre temps. Radu serait, disent-elles, un metteur en scène méticuleux et exigeant dans le travail mais en même temps professionnel et enrichissant pour chacun de ceux qu’il dirige. Elles disent aussi que l’ambiance dans le village était merveilleuse et finalement elles ne gardent que ce bon souvenir-là.

   
Leila bekhtiCes actrices, parlons-en justement. D’abord un grand coup de chapeau à Leila Bekhti, rayonnante et tellement juste dans ce rôle qui a été créé pour elle sur mesure par le réalisateur. De film en film, Leila Bekhti acquiert  de la consistance et de la maturité dans son jeu d’actrice. Et elle est de plus en plus jolie, ce qui ne gâche rien.
 
 
 
byhounaSaluons aussi Biyouna dans le rôle de « Vieux Fusil » dont Radu fait une femme-clé de l’histoire. Ce personnage tiré de rencontres faites par le réalisateur dans le village est plus vrai que nature et haut en couleurs.
photo-saleh-bakri-193803-1-.gifPuis pour finir, un mot sur l’homme qui compte (eh oui, il y a en quand même un), Saleh Bakri dans le rôle de Sami, époux de Leila. Amoureux de sa femme, sensible et cultivé, il trouve tout naturellement sa place dans l’histoire pour le plus grand bonheur du spectateur. Sami est la touche masculine qui réconforte et qui donne de l’espoir pour l’avenir des relations hommes/femmes.
 
 
 
Que dire pour conclure ?  Des décors naturels magnifiques avec une palette de couleurs chaudes et chatoyantes renforcées par des costumes folkloriques assortis et lumineux, des comédiens (enfin, surtout des comédiennes) remarquables, des musiques et des paroles qui appuient l’histoire, un scénario qui manie intelligence, humour, romantisme et rébellion. La source des femmes est un excellent film de Radu Mihaileanu de la même veine que « Va, vis et deviens ».  
 
Vous l’aurez compris, je suis fan de ce film et je vous incite sans aucune hésitation à vous laisser porter par ce conte philosophique qui vous fera du bien au moral (surtout si vous êtes une femme).
 
Et pour finir la bande-annonce du film
 
   
 
 
 
Pour vos commentaires ou réactions :
 
 
 
 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

pour m'écrire chantalsutton@justinteresting.com
Voir le profil de justinteresting sur le portail Overblog