Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JUSTINTERESTING

Cinema, Théâtre, Spectacles mais aussi vie quotidienne.... à partir du moment où c'est ..."Justinteresting".

LA RAFLE – MELANIE LAURENT – GAD ELMALEH – RAPHAELLE AGOGUE – JEAN RENO

120-LA-RAFLE-ok.jpg« La Rafle », qui sera en salle le 10 mars prochain, a été réalisé par Rose Bosh. C’est le premier et le seul film qui relate cette partie sombre de l’histoire de France. Rose Bosh n’est pas juive, ce n’est donc pas un film « communautaire » comme elle l’écrit dans le dossier de presse remis avant la projection.
C’est pour Ilan Goldman, son mari et producteur (obsédé du fait qu’il n’existait aucune image de cette ténébreuse période de l’histoire de France) qu’elle a fait des recherches pendant 3 ans à plein temps. C’est aussi pour ses jumeaux de 5 ans, qu’elle a réalisé le film, afin qu’ils sachent et qu’ils n’aient jamais à vivre pareille horreur.

Serge Klarsfeld, bien sûr, l’a aidée dans ses recherches. Petit à petit, durant ses allers-retours entre Paris et Berlin, elle entrait dans l’histoire politique de cette France des années 40 avec Pétain (incarné dans le film par Roland Copé, père de Jean-François Copé), Laval et Bousquet....C’est en visionnant l’émission « La Marche du Siècle » qu’elle a découvert Joseph Weismann, le seul survivant de la rafle du Vel’d’hiv. C’est à travers ses yeux d’enfants (il avait 11 ans en 1942) qu’elle a réalisé le film en choisissant pour l’incarner le jeune acteur Hugo Leverdez.

Pendant ses recherches, elle avait été impressionnée par le courage de l’infirmière Annette Monod, rôle merveilleusement interprété par Mélanie laurent. Partant de tout ce qu’elle avait lu et vu pendant trois ans et du récit véridique de Joseph qui a contribué à la réalisation du film, Rose Bosh a tiré ce film émouvant, lucide, historique qui ne manquera pas d’interpeller le public courageux qui ira le voir.
Elle a imaginé avec horreur ce qui aurait pu arriver à ses propres enfants en créant le personnage de « Nono » (joué par deux jumeaux pour se relayer dans le rôle).  A travers les yeux du Jo de 11 ans à cette époque, la réalisatrice  façonne son film. La force de tous les acteurs est dans la sincérité de leurs émotions. Mélanie Laurent est tellement entrée dans son personnage qu’elle en a déclenché un zona pendant le tournage. Gad Elmaleh, à contre-emploi en askénaze avec ses petites lunettes cerclées d’époque, a joué avec ses tripes(on le sent bien)  le rôle du père de Jo. Jean Reno, dans le rôle du médecin du camp, calme et serein en dépit de l’horreur, est parfait. Tous les enfants du film, sous la direction de Rose Bosh, sont vrais chacun dans leur rôle. Sylvie Testud est très émouvante dans son rôle de femme enceinte qui tente de sauver ses enfants.

En ce qui me concerne, je crois que la révélation de ce film est Raphaëlle Agogué, qui incarne la mère de Jo. Elle débute apparemment sa carrière. Pour coller parfaitement au rôle, elle a pris des cours de Yiddish ce qui lui permet d’avoir ce petit accent dans le film. Elle est belle physiquement, mais on sent qu'elle a aussi une vraie beauté intérieure . J’ai le sentiment que ce film va être le tournant de sa vie de comédienne. Elle est criante de vérité tout au long du film ; surtout quand elle hurle à son fils Jo de sauver sa vie au moment où elle est emmenée avec ses filles vers les camps de la mort, alors que son fils est par miracle hors du tri et doit rester encore quelques jours au camp de Beaune-la-Rolande.

"La Rafle" de Rose Bosh montre toutes les facettes de la population française de l’époque. Il y a eu les courageux, ceux qui se sont révoltés contre l’injustice en sauvant et en cachant des juifs qu’on appelle aujourd’hui « les Justes » comme ces pompiers qui désobéissent aux ordres et donnent de l’eau aux milliers de Juifs assoiffés dans le Vel’d’Hiv, et puis il y a eu les autres, ceux qui ont décidé, ceux qui ont obéi sans se révolter, ceux qui ont dénoncé…

 

Bien que l'histoire de Jo soit romancée, ce film est un monument, un événement. En deux jours en juillet 1942, près de 13 000 Juifs furent arrêtés dont plus de 4000 enfants. Aujourd’hui, Joseph Weismann est le seul survivant et il a enfin accompli son devoir de mémoire grâce à Rose Bosh qui a eu à cœur de raconter son histoire.


Aujourd’hui, nous savons ce qui s’est passé au cours de ces années terribles. L'Histoire doit s'écrire avec courage, souvent dans la révolte et en aucun cas dans la complicité.  Dans la vie actuelle, nous somme tous  des acteurs de l'histoire au quotidien. Chacun d’entre nous à n’importe quel niveau que ce soit de la société peut sauver des gens, ne pas laisser faire d'injustices, faire partie des « Justes » de notre époque…. La fameuse statuette des trois singes  (celui qui ne voit rien, celui qui n’entend rien et celui qui ne dit rien" doit être jetée dans un caniveau, parce qu’on n’a pas le droit de ne rien voir, de ne rien entendre et de ne rien dire, surtout après avoir vu ce film.


Contact mail  du blog :
chantalsutton@justinresting.com 


Pour recevoir régulièrement les articles de Justinteresting, il suffit de taper votre email dans «abonnez-vous" et de valider votre inscription en confirmant dès réception du mail d’inscription.
To subscribe to this blog, just write your email in « abonnez-vous » and valid your inscription when you’ll get the mail for acceptation

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

pour m'écrire chantalsutton@justinteresting.com
Voir le profil de justinteresting sur le portail Overblog