Who's behind?

Chantal Sutton

 



E-mail contact :


chantalsutton@justinteresting.com

 
Veille Medias
Community Manager
Conseil en communication
Relations Presse
Relations Publiques
Marketing operationnel


Principales références :

¨  GROUPE BNP-PARIBAS
Relations Presse 
Communication financière – Edition

¨  SOFARIS-BDPME
Communication sur un Fonds public français de développement des PME dans les pays de l’Est

¨  Groupe Crédit Agricole
(Caisse Régionale d’Ile de France et filiales de Gestion d’Actifs)
Stratégie et Conseil
Relations Presse – Evènementiel – Web

¨  ROLAND CASTRO-Architecte urbaniste
Relations Presse 
Développement International

 

Blog www.justinteresting.com
 

Créé en  septembre 2007  pour partager mon intérêt sur des sujets d’actualité à travers les médias, le blog a été référencé par Overblog sur Google comme suit : « Réactions sur articles ou émissions de la presse écrite ou audiovisuelle - Sujets d'actu. - Défense de certaines causes – Feelings – Impressions. »


Abonnez-vous

Pour recevoir régulièrement les articles de Justinteresting,il suffit de cliquer sur l'icone, de taper votre email dans la case correspondante et de valider votre inscription en confirmant dès réception du mail d'inscription.

            

Recommander

Dimanche 5 février 2012 7 05 /02 /Fév /2012 10:08

navon-46Depuis de nombreuses années, les analyses politiques d’Emmanuel Navon paraissent dans la presse française et font le buzz dans la sphère politico-franco-israélienne.

En effet, ce conférencier universitaire qui a quitté la France pour aller vivre en Israël en 1993 défend ce pays avec une profonde conviction. Marié à une anglophone, père de 4 enfants, il vit à Efrat, au sud de Jérusalem et parle 4 langues (Français, Anglais, Hébreu et Allemand).

Engagé aux côtés de Benjamin Netanyahou au sein du Likoud (la droite israélienne), il a décidé d’entrer en politique pour les prochaines élections législatives israéliennes prévues normalement à l’automne 2013 mais qui pourraient être avancées à fin 2012. S’il était élu, il serait le seul Français binational du parlement israélien. De quoi déclencher une interview qu’il a volontiers acceptée.

Justinteresting : Notre système électoral est totalement différent. Pouvez-vous nous décanter un peu le mode de scrutin israélien ?

Emmanuel Navon : Tous les 4 ans, les élections législatives ont lieu en Israël pour élire les 120 députés qui formeront le parlement. La démocratie israélienne est poussée à l’extrême car lors des élections, afin de respecter les minorités, il y a des postes dits «réservés », par exemple aux femmes, aux immigrants ou aux non-juifs. C’est dans la catégorie « immigrants » de la liste Likoud que je compte me présenter.

J : Un journaliste de l’audiovisuel français me disait récemment qu’« Israël était à son avis la seule vraie démocratie du monde ». Qu’en pensez-vous ?

E. Navon : Je crois que c’est vrai. Mais je répondrai à ce journaliste que «trop de démocratie tue la démocratie ». Pour ma part, je fais campagne pour un changement de système électoral en Israël. Le 31 janvier 2012, Benjamin Netanyahou vient d’être réélu à la tête du Likoud. Les 130 000 adhérents du Parti ont également élu les 120 personnes qui pourront faire partie de la liste finale de la prochaine Knesset, et sur ces 120 candidats une trentaine (le haut de la liste et les «postes réservés ») entreront finalement au parlement israélien. Ce système est celui appliqué au Likoud (mais tous les partis n’ont pas la même approche). Je viens d’être élu au Comité central du parti et je milite fortement pour une réforme importante du système électoral israélien. Les députés élus devraient rendre des comptes aux électeurs et non plus au Parti.

J : Vous serez donc inscrit sur la liste dans la catégorie des postes réservés aux immigrants et votre objectif est de représenter les francophones à la Knesset ?

E. Navon : Oui, les francophones mais aussi les occidentaux de la diaspora. Ma femme est Américaine, je suis Français et je pense être le mieux placé pour m’exprimer au nom de ces deux communautés dans le pays. En Israël, presque tous les groupes sont représentés à la Knesset (les Russophones, les Druzes, les Arabes israéliens) mais il n’y a jamais eu de représentant de la voix des milliers de Francophones et d’Américains qui se sont intégrés depuis des années. Je voudrais être celui-là.

J : Vous voulez aussi réformer le système électoral israélien ? Pourquoi et comment ?

E. Navon : La proportionnelle intégrale oblige les différents gouvernements à faire trop de compromis pour ne pas avoir d’instabilité politique, ce qui fait que parfois 1 voix d’un petit parti peut faire basculer les choix de société pour que la coalition fonctionne. Ce n’est pas sain. Finalement, un dirigeant du pays peut vouloir changer certaines choses, faire des promesses et prendre des engagements pendant sa campagne et ne pas pouvoir les tenir quand il sera au gouvernement. C’est un problème car vous n’êtes pas responsable vis-à-vis des électeurs directs, vous l’êtes vis-à-vis du parti. Pour ma part, je ne trouve pas cela si démocratique que cela.

J : Avec quel programme comptez-vous faire venir des voix du parti vers vous ?

E. Navon : Comme je vous l’ai dit, je proposerai une réforme électorale qui se rapprocherait plus du modèle français que de l’anglo-saxon qui a influencé le système israélien. J’aimerais qu’Israël se dote d’une constitution. Je proposerai des changements pour la nomination des juges à la Cour Suprême (en France, vous n’avez pas de Cour suprême et vous n’en connaissez pas les inconvénients). On vote des lois au parlement qui ensuite sont annulées par la Cour Suprême, difficile de gouverner ainsi. D’autant que les juges se nomment entre eux chez nous alors qu’aux Etats-Unis, c’est le Président qui nomme les juges.

J : Dans le Nouvel Observateur du 19 janvier, on lit cette phrase : «Mais dans un pays où, chaque semaine, la droite du Likoud, associée à l’extrême-droite du parti Israël Beteinou de Lieberman, tente de limiter les droits de la presse ou les pouvoirs de la Cour suprême….. ». A priori, des réformes à la Cour suprême ne seraient pas forcément perçues comme vous le décrivez. Avez-vous une réponse à cela ?

E. Navon : Israël Beteinu n’est pas considéré comme un parti d’extrême droite puisque c’est un parti qui accepte le principe de compromis territorial et de création d’un Etat palestinien. De plus, ce parti est un parti laïc qui favorise par exemple le mariage civil en Israël. Le Likoud est sur ce point plus conservateur. Les juges de la Cour Suprême aujourd’hui ne représentent pas plus de 2% de la population, il n’y a que des hommes, de gauche, ashkénazes et laïcs à cause du système de cooptation des juges. Il y a consensus en Israël pour réformer ce système et il ne concerne pas un parti spécifique. Concernant les droits de la presse en Israël, j’affirme que ce que le Nouvel Observateur écrit est faux. Les droits de la presse n’ont rien à voir dans le débat. C’est Kadima (parti de gauche) qui est à l’initiative de ce projet de loi qui consistait à exiger une période de «transition » entre le journalisme et la politique. Evidemment, cela visait une personne (Yair Lapid)  qui d’ailleurs a démissionné pour contourner ce projet. Du coup, rien n’a été fait et c’est très bien comme ça.

J : Yair Lapid, journaliste star de la TV israélienne et fils du politicien Tomy Lapid, vient de démissionner pour créer un parti et se présenter aux élections législatives. Croyez-vous qu’il représente un danger réel pour les partis traditionnels ?

E. Navon : De nouveaux acteurs sont toujours les bienvenus en politique. Sauf qu’en ce qui concerne Yaïr Lapid, on peut juste dire qu’il est populaire parce qu’il était journaliste TV et qu’il a un bon look. Attendons donc de voir son programme pour pouvoir juger. Son père, avant lui, avait réuni 15 députés dans un parti (Shinouï) et ce parti a aujourd’hui disparu du paysage politique israélien. J’ai un peu l’impression de « déjà vu ».

J : Certains francophones disent de vous que vous êtes trop «pratiquant » pour pouvoir les représenter. Ils sont laïcs attachés à Israël et ne veulent pas autoriser la religion à prendre plus de place dans la société israélienne que celle qu’elle a par nature. Que leur répondez-vous ?

E. Navon : La communauté francophone en Israël est diverse et pas monolithique. Ceci dit, je pense qu’on doit choisir en fonction du programme et non en fonction du degré de « religiosité ». Par exemple, mon projet de réforme électorale ou celui de meilleure intégration des francophones n’ont rien à voir avec ma pratique de la religion. Si je deviens député, croyez bien que je suis contre la coercition religieuse et que je n’aurais aucun problème à voter un projet de loi permettant aux gens le choix d’un mariage civil ou religieux dans le pays.

J : Allez-vous voter en tant que Français de l’étranger pour les Présidentielles et pour les Législatives de la 8ème circonscription ? Et si oui, avez-vous déjà fait vos choix pour l’une comme pour l’autre ?

E. Navon : Pour toutes les élections françaises, depuis 1993, j’ai renoncé à mon droit de vote parce que je considère que je ne partage plus le destin de la France depuis que je vis en Israël. Je garde bien sûr un lien culturel et affectif avec la France. J’ai fait une exception à ma règle en 2007 en me déplaçant pour voter parce que j’étais très impressionné par l’espoir de changement que véhiculait Nicolas Sarkozy. En 2012, je reviens à ma décision initiale et ne voterai donc pas aux Présidentielles".

Interview finie de rédiger le 4 février 2012. 

 

 --------------------------------------------------------------------------800px-Knesset 2009[1]

 

 

 

Source Wikipedia

NB (précisions apportées par E. Navon)

ENERGIE – est l’ancien parti Meretz (à gauche de la gauche)

SHASS – est également un parti religieux qui a priori est décompté à part.

 

---------------------------------------------------

 

    Retrouvez les articles de Justinteresting sur la page Facebook: Justinteresting.com

banJustV2

 

 

 

 

 

Contact mail du blog :
chantalsutton@justinteresting.com

Pour recevoir régulièrement les articles de Justinteresting, il suffit de taper votre email dans «abonnez-vous" et de valider votre inscription en confirmant dès réception du mail d’inscription.
To subscribe to this blog, just write your email in « abonnez-vous » and valid your inscription when you’ll get the mail for acceptation

Publié dans : FRANCE-ISRAEL
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés