Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JUSTINTERESTING

Cinema, Théâtre, Spectacles mais aussi vie quotidienne.... à partir du moment où c'est ..."Justinteresting".

BOURSE : « SORTIR DE LA NASSE » … interview de Patrick Leguil.

Vous l’avez peut-être déjà vu sur LCI (« La bourse et votre argent » animée par Jean-Pierre Gaillard) ou écouté sur Radio Classique ou encore lu sur Yahoo ! Finance. Lui, c’est Patrick Leguil, Directeur de la Recherche chez VP Finance (et aussi Président de la Société Financière des Analystes Français) ;  C’est sous sa " casquette" VP Finance qu’il a accepté de répondre aux questions de Justinteresting.

 

CS : Le CAC est aujourd’hui autour de 5000 après de nombreux mois de crise ? Apparemment, il y a encore des sursauts pour cause de « subprimes » ? Quelle est votre analyse ?

 

PL : Je vous répondrai qu’une « crise peut en cacher une autre ». Aux Etats-Unis, il y a d’abord eu une vraie crise immobilière que personne n’avait vu venir puis il y a eu les « subprimes ». En Europe, aucune banque n’a fait de « subprimes », mais il y a eu « vaporisation » ; je dirais que ce n’est pas encore terminé aux US. Il y a une crise de liquidités entre banques et une crise de confiance des acteurs sur les marchés. Quant aux banques (et assurances) européennes, ces dettes ont été adossées à des actifs et sont aujourd’hui dans leur Hors-Bilan. Comme dans une publicité très ancienne, je dirais « qu’elles ont enlevé le haut et qu’elles peineront à enlever le bas ». La situation générale américaine et européenne aujourd’hui est marquée par des taux interbancaires qui se retendent et des banques qui empruntent plus cher que les émetteurs en direct. Mais je ne pense pas qu’elles soient en situation de risques. Deux faits marquants ont rassuré les marchés : le jour où Bear Stearns a été sauvée et la recapitalisation d’UBS,  dès lors le cauchemar du risque systémique pouvait être écarté. En outre les marchés ayant anticipé nombre de conséquences de la crise et notamment une baisse des profits futurs de quelque -20%, les actions américaines apparaissent à ce jour à leur juste prix. Je suis donc plutôt optimiste sur les Etats-Unis et l’Europe pour l’instant.

 

CS : Dans la brève ci-dessous parue dans Le Point du 18 mai, on pouvait lire :

« Cela va être encore plus douloureux » Warren Buffet.

 L’homme le plus riche du monde, expliquant que les marchés financiers mondiaux vont devoir faire face à de nouvelles pertes liées à la crise des crédits

(Reuter, 5 mai).

C’est pour le moins inquiétant, n’est-ce pas ?

 

PL : Warren Buffett dit tout haut ce qui se dit tout bas, oui il y aura encore des dépréciations, provisions ou pertes sur des encours de crédits à la consommation par exemple, mais le signal a bien été donné, il ne peut y avoir de grosse faillite bancaire, la Fed et les pouvoirs publics confirmeront : le système ne peut disjoncter !

 

CS : et la France en particulier ?

PL : La France comme l’Europe n’est pas autonome des Etats-Unis. Je ne crois pas au « découplage » mais au « décalage ». Nos entreprises du Cac 40 sont des sociétés mondiales. Les marques du Cac  40 n’investissent que peu en France et créent de l’emploi ailleurs. Je pense que le SBF 120 est beaucoup plus représentatif du tissu économique français qui a très peu d’entreprises moyennes de type germanique (Pme d’un millier de personnes) à même de nourrir ce segment de marché et d'irriguer l'économie. En outre, la population européenne vieillit et de ce fait sa demande est moins dynamique. Remarquez c’est pire au Japon. Au moins en France, la population croît encore alors qu’au Japon, la population décroît. Et ne parlons pas de la Chine. Dans 10 ans, on constatera les conséquences de « l’enfant unique de Mao ».

 

CS : Pour continuer le tour des place boursières, que pensez-vous alors de l’Asie ?

 

PL : Les marchés asiatiques restent dynamiques malgré une baisse de croissance. Quant aux bourses émergentes, elles ne sont pas homogènes. On ne peut pas comparer le Brésil et la Russie (matières premières) à la Chine (Sociétés industrielles) ou l’Inde (sociétés de service). Autres marchés émergents, la Turquie par exemple ou certains pays de l’Est sont aussi très différents. Ces marchés émergents sont  « globaux » du fait du développement de leur économie. Je ne conseille pas d’investir en Asie pour le moment. Il y a encore cette bulle des matières premières, et les bourses asiatiques sont à leur juste prix après la très forte baisse qu’elles viennent de subir.

 

CS : Analyse peu optimiste. Que faire alors ?

 

PL : Je crois qu’on a vu le pire. La logique voudrait que cela rebondisse. Les Etats-Unis, c’est un peu comme une voiture de course. Il lui en faut peu pour repartir. La récession n’est pas prouvée pour l’instant ou alors elle s'avère très discrète !. Quant à l’Europe, c’est un tracteur qui suivra, mais plus lentement.

 

CS : Vous avez, à ma demande, regardé de plus près la bourse de Tel Aviv (Tel Aviv Stock Exchange – Tase) et je vous en remercie. Après l’accord entre l’AMF et l’Israël Securities Authority début 2008, l’adoption des normes IFRS par les Israéliens et du système GL Trade tout récemment, comment voyez-vous l’évolution de la bourse israélienne ?

 

PL : Israël est une bourse à très forte valeur ajoutée. Je pensais qu’il n’y avait que des valeurs High Tech, pharmaceutiques ou du domaine de la sécurité. J’ai été surpris de découvrir dans le TASE 25 (équivalent de notre CAC 40) des sociétés de produits alimentaires et des industries chimiques. C’est étonnant.  Je dirais qu’Israël ressemble à la Corée du Sud, ce ne sont plus des marchés réellement émergents ; Il y a en Israël un gros PIB par habitant et une forte croissance depuis plusieurs années. De plus, les investisseurs ont de ce pays une vision positive et une bonne image du savoir-faire des sociétés à forte valeur ajoutée (high-tech)

 
CS : Merci, je reviendrai faire un point avec vous si vous le permettez avant la fin de l’année.

 

(Achevé de rédiger le Vendredi 23 mai 2008)


Contact mail  du blog :
eretzperso@yahoo.fr
Pour recevoir régulièrement les nouveaux articles du blog, il suffit de taper votre email dans la rubrique « s’inscrire à la newsletter » et de valider votre inscription en confirmant dès réception du mail d’inscription.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

pour m'écrire chantalsutton@justinteresting.com
Voir le profil de justinteresting sur le portail Overblog