Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JUSTINTERESTING

Cinema, Théâtre, Spectacles mais aussi vie quotidienne.... à partir du moment où c'est ..."Justinteresting".

POUR LA MEMOIRE DE SAMUEL FENSTER

  J’ai attendu que le tollé déclenché à travers la presse par les politiques, les enseignants, les psychologues, et bien d’autres, par l’idée de N. Sarkozy de « faire revivre la mémoire de la Shoah par des enfants de CM2 ». J'ai préféré que cela se calme un peu avant d’y revenir en vous proposant une autre lecture que celle qui a été faite jusqu’à aujourd’hui.
 
Je crois bien que j’ai TOUT lu de ce qui a été écrit sur ce discours. Au CRIF, il a abordé de nombreux sujets. Un seul a été retenu : la mémoire de la Shoah dans les classes de CM2.
 
Pourquoi a-t-on occulté tous les autres ? Pourquoi est-ce sur ce thème que se sont focalisés tous les débats ? Je n’en sais rien.  Concernant cette décision, ma réaction personnelle et instantanée de Française, juive, croyante mais non pratiquante, laïque et républicaine, fut que cela serait difficile à mettre en place concrètement et que peut-être cela serait mal accepté par la France d’aujourd’hui. Mais je n’avais pas imaginé l’ampleur de toutes les réactions déclenchées.
 
J’ai donc lu tous les arguments, les « pour », les « contre » beaucoup plus nombreux. J’ai fini par être déstabilisée par toutes ces attaques. La décision (et c’est probablement une bonne chose) a été transformée et adaptée dès le lendemain comme tout le monde le sait aujourd’hui. 
 
La shoah, je l’avais ressentie en premier lieu à travers l'histoire de mon oncle Henri, qui survécut à l’horreur d’Auschwitz et à celle de Dachau. Mon oncle n’a pas réussi (ou très peu) à nous transmettre la mémoire des camps tant elle était horrible. J’ai su tout de même que pendant deux ans, il avait survécu à Agen grâce à une de ces merveilleuses familles de Justes (celles décrites dans l’excellent dossier que leur consacre l’Express de cette semaine) puis capturé et emmené dans ces terribles camps d’où sa mère et son frère ne revinrent jamais. Pour mon oncle et grâce au discours Sarkozy, j’ai voulu rechercher auprès de sa famille survivante (qui vit en Australie aujourd’hui) si son frère serait concerné et si l’on ferait revivre sa mémoire. J’ai ainsi découvert le visage de Samuel et son âge 23 ans. Il n’était donc plus un enfant et on ne saura jamais l’homme qu’il aurait pu être.

undefinedSamuel FENSTER - born : 30 jan.1919 - died : 1942 Holocaust Victim

 
Par ailleurs, l’article dans Valeurs Actuelles du 22 février de Michel Gurfinkiel dans lequel on découvre une photo d’un enfant souriant (son frère mort dans les camps) « Charles Gurfinkiel 1933-1942 » qui s’intitule  « Qui adoptera mon frère ? » m’a profondément émue. Le journaliste y décrit les méandres des quatre réactions émotionnelles par lesquelles il est passé face à cette décision. Partant de « De quel droit ?» à « Ont-ils bien mesuré l’impact d’une telledécision ?», puis à « Charles du haut de ses 9 ans, ce petit juif exemplaire et ce petit français exemplaire » pour finir sur sa quatrième et dernière réaction par laquelle M.G. conclut son article :« Nous verrons ce qu’il en sera du projet présidentiel, s’il prend forme. La bonne volonté et la sincérité de Nicolas Sarkozy ne sont pas en cause……Si ce projet est mis en application, je m’engage à l’avance à recevoir l’enfant français inconnu qui « adopterait » Charles Gurfinkiel, 1933-1942 ». Que dis-je ? J’exige de le rencontrer. Je jouerai jusqu'au bout le jeu de l’histoire républicaine. Et gare aux tricheurs, quels qu’ils soient. ».
 
Je crois que tout est dit. Retenons en tout cas que sans l'idée de Nicolas Sarkozy, la mémoire de Samuel Fenster et de Charles Gurfinkiel n'aurait pas  été transmise au moins à travers ce blog et à travers Valeurs Actuelles.
 
Je ne sais pas ce que deviendra cette idée à la rentrée scolaire quand elle aura été édulcorée par la Commission créée à cet effet.Quand je lis dans le Figaro du 29 février (sondage commandé par le Ministère de l’Education Nationale) que 51% des lycéens ignoreraient la signification du mot Shoah et que 37% des lycéens chiffreraient le nombre de Juifs exterminés pendant la seconde guerre mondiale à 2 millions d’êtres humains !!On voit la distance à parcourir pour transmettre cette mémoire qui soulève tant de discussions. 
 
C’est pourtant en CM2 que, me faisant insulter sur mes origines juives par une élève de ma classe,  je découvris « que j’étais différente à cause de ma religion » (je n’avais absolument pas conscience de cela). Mes parents n’arrivant pas à répondre à toutes mes questions, je me mis à dévorer tous les livres sur le sujet de la Shoah qui me tombaient sous la main (de Treblinka de G. Steiner à La mort estmon métier de Robert Merle en passant par le Journal d’Anne Frank). Bien sûr que j’ai été révoltée et que j’ai pleuré sur toutes les horreurs que je découvrais, mais je crois que j’en suis sortie plus forte pour dire « PLUS JAMAIS CA ! ».
  
J'ai beaucoup hésité à publier ce texte sur mon blog... J'espère que les lecteurs apprécieront ma sincérité car c'est la première fois que je me livre à ce genre d'exercice. Et je me demande un peu inquiète,  s'il n'est pas un peu trop personnel car je ne représente aucun parti, ni aucune association. Je l'ai relu, coupé, amendé, corrigé. J'ai laissé tomber l'idée de le faire paraître. Mais, après quelques jours de réflexion, j'ai finalement pris la décision de ne pas jeter ce texte engagé à la corbeille ... pour que Samuel Fenster ne soit pas mort pour rien.
 


 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

pour m'écrire chantalsutton@justinteresting.com
Voir le profil de justinteresting sur le portail Overblog